Garder une longueur d’avance sur la réglementation européenne

S’agissant des ambitions de l’UE et de sa réglementation en matière de finance durable, nous sommes déterminés, chez Van Lanschot Kempen, à ouvrir la voie, à nous donner les moyens d’y parvenir et à inciter les autres à nous suivre
Johan van der Lugt, Éminent spécialiste du conseil ESG

Selon la commissaire européenne Mairead McGuinness, la détermination de l’UE à atteindre la neutralité climat d’ici 2050 et à « mettre sur un même pied d’égalité que l’information financière et non financière» a incité l’institution communautaire à multiplier les nouvelles règles et réglementations sur la finance durable en 2020. Celles-ci sont d’une importance capitale pour Kempen et ses clients. 

Kempen a fait en sorte non seulement de comprendre et mettre en œuvre la législation, mais aussi de s’assurer que ses clients obtiennent les conseils dont ils ont besoin pour garder un temps d’avance sur la tendance réglementaire. 
Lorsque c’est nécessaire, nous nous engageons également auprès de l’UE elle-même pour l’aider, si nous le pouvons, à améliorer les aspects complexes de la législation.  

Nous sommes fiers de jouer un rôle de premier plan dans ce domaine, accompagnés par des conseillers tels que le professeur Andreas Hoepner, qui est à la fois conseiller académique du Conseil ESG de Kempen et membre indépendant du groupe d’experts techniques de l’UE sur la finance durable.

MISE EN PLACE DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE
Nos deux principaux axes d’efforts durant l’année ont été : 1) la mise en œuvre des exigences européennes de transparence en matière de finance durable (Sustainable Finance Disclosure Regulation), qui implique de nouvelles exigences pour Kempen et ses clients sur la manière de divulguer les risques liés au développement durable et sur les processus utilisés pour les gérer, et 2) l’approbation de la classification de l’UE, de ses écolabels et de ses indices climatiques.

Chez Kempen, nous pensons qu’avant d’adopter une démarche durable, il est nécessaire de définir ce terme. C’est pour cette raison que nous sommes de fervents défenseurs du concept de classification européenne, dont l’objectif est de fournir des définitions communes à tous les marchés financiers de ce que l’on peut, ou pas, qualifier de « vert » ou de « durable ». Nous avons participé à plusieurs consultations à l’échelle du secteur et montré l’exemple en présentant une information transparente sur notre site Internet concernant les approches d’investissement durable de nos propres fonds.  

L’adoption de notre Spectre de développement durable (Sustainability Spectrum) dans l’ensemble du groupe Van Lanschot Kempen a jeté les bases de notre alignement sur les exigences européennes de transparence en matière de finance durable. Par exemple, l’utilisation par l’UE des « principaux impacts négatifs », à savoir les activités qui portent préjudice et entraînent un risque en matière de développement durable, correspond largement aux définitions et aux exigences du « Niveau 3 - éviter les préjudices » de notre Spectre.

En dépit des meilleures intentions, les exigences européennes de transparence en matière de finance durable et la classification de l’UE dans leurs formes actuelles sont loin d’être parfaites et nous nous sommes également engagés auprès des responsables politiques pour offrir nos conseils et notre expertise, souvent en collaboration avec des associations nationales d’investisseurs telles que la Dutch Fund and Asset Management Association, Eumedion ou le Forum néerlandais dédié à la gouvernance d’entreprise (Dutch Corporate Governance Forum).   

NOUS ASSURER QUE NOS CLIENTS GARDENT UN TEMPS D’AVANCE SUR LA TENDANCE RÉGLEMENTAIRE
Pour relever le défi consistant à traduire les détails de la réglementation et d’expliquer ses conséquences à nos clients, nous avons publié plusieurs notes consultatives et livres blancs tout au long de l’année, y compris la très remarquée Sept observations sur la réglementation européenne dédiée à la finance durable (Seven Observations on EU Sustainable Finance Regulation). Nous avons travaillé d’arrache-pied avec tous les types de clients, y compris les clients particuliers et ceux à qui nous fournissons des services fiduciaires. 

Au cours du premier semestre 2020, nous avons notamment produit un document consultatif pour nos clients fiduciaires sur les dernières politiques et cadres ESG. Cela les aide non seulement à assimiler la réglementation, mais leur donne aussi les moyens de mieux rendre compte à leurs bénéficiaires des investissements durables.

Pour donner un exemple, nous avons collaboré avec l’un de nos clients fiduciaires pour l’aider à comprendre et à mettre en œuvre la réglementation européenne et à créer un rapport ESG annuel personnalisé. Ce rapport l’a aidé à se conformer aux directives de l’UE, mais aussi à lui faire prendre conscience de l’importance accordée par le fonds aux thèmes du climat et du travail.

Nous travaillons également sur l’ensemble des marchés pour montrer comment l’intégralité de la législation européenne actuelle est liée à d’autres directives, principes et cadres de reporting internationaux (tels que les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, les ODD et le groupe de travail sur l’information financière relative au changement (Task Force on Climate-related Financial Disclosures), et s’appuie sur eux.  

Tout au long de l’année 2021 et même au-delà, cela restera une priorité pour nous. En tant qu’investisseurs internationaux, Kempen et ses clients ont finalement besoin d’informations ESG comparables pour les entreprises basées hors de l’UE, afin de répondre aux ambitions de la finance durable. De notre côté, nous continuerons à faire pression pour des normes plus élevées dans le monde entier. En 2021, nous prévoyons également de travailler avec les autorités de régulation pour identifier les moyens grâce auxquels les investisseurs peuvent tenir compte des impacts sur la biodiversité et l’eau de la même manière qu’ils ont tenu compte du climat.

En tant qu’investisseurs responsables inscrits dans une approche de long terme, nous devons identifier les entreprises qui gèrent bien ces risques, qui peuvent saisir les opportunités et qui sont donc susceptibles de générer des performances élevées dans un paysage d’investissement en pleine mutation.

Restez à jour

Merci de saisir votre adresse e-mail et nous vous contacterons