Une approche minutieuse des ODD

L'année dernière a marqué les cinq ans de l’adoption par les Nations Unies des 17 objectifs à l’approche multilatérale du développement durable. Ces ODD constituent un appel universel à l’action afin de mettre fin à la pauvreté, protéger la planète et améliorer la vie et les perspectives de tous, partout. Un effort collectif du secteur privé, de l'industrie financière, des gouvernements et d'autres acteurs est essentiel pour les atteindre.

Tous les ODD sont d’égale importance, même si l’écart à combler par rapport aux objectifs sous-jacents peut varier selon les régions ou les différentes parties prenantes. Les ODD peuvent être globalement répartis en thèmes sociaux (par exemple, ODD 1 : Pas de pauvreté, ODD 3 : Bonne santé et bien-être, ODD 5 : Égalité entre les sexes, ODD 8 : Travail décent et croissance économique) et en thèmes environnementaux (par exemple, ODD 7 : Énergie propre et d’un coût abordable, ODD 14 : Vie aquatique, ODD 15 : Vie terrestre). Seuls les ODD 16 et 17 sont principalement axés sur les questions de gouvernance d’entreprise, mais une « bonne gouvernance » est une condition préalable à la réalisation de progrès significatifs sur tous les thèmes couverts par les ODD. Le graphique ci-dessous indique la répartition des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Graphique 13 : Répartition des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance

Convergence Avec Les Odd 

Au-delà de la répartition entre enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance, les ODD peuvent être divisés en deux catégories : ceux qui sont principalement réalisables par le biais des pratiques des entreprises (égalité entre les sexes, travail décent et croissance économique, optimisation de l’utilisation des matériaux) et ceux qui sont davantage réalisables via la fourniture de produits et de services (garantir une bonne santé, fournir des services essentiels, lutte contre le changement climatique et énergies propres)¹.  Les ODD les plus « opérationnels » sont signalés par un « O » dans le graphique ci-dessus. 

Des recherches ont été menées pour comprendre dans quels thèmes il est possible d’investir en conformité avec les ODD. Les principaux thèmes concernés déterminent le choix de la priorité thématique – ils sont représentés ci-dessus par les plus grandes icones. Les ODD étant indissociables les uns des autres, le choix d’un thème aura un impact sur les autres. 
Chez Kempen, nous voulons investir dans des entreprises qui contribuent à la réalisation des ODD. Bien entendu, cela est plus facile à dire qu’à faire.

La plupart des entreprises n’ayant pas encore mis en place une stratégie mature de reporting lié aux ODD, les données disponibles pour les investisseurs sont généralement de faible qualité ou en quantité insuffisante.

L’année 2020 a marqué un tournant majeur pour Kempen, puisque nous avons commencé à travailler avec un nouveau fournisseur de données sur les ODD pour les classes d’actifs cotées – et nous avons cherché ensemble des moyens efficaces d’intégrer la mesure de la convergence avec les ODD au cœur de nos décisions d’investissement. Par conséquent, nos fonds, à l’image du Global Sustainable Equity Fund, attribuent des notations aux entreprises sur la base du pourcentage des revenus de leurs produits et services contribuant à chaque ODD. L’examen du pourcentage des revenus provenant des produits et services en cohérence avec les ODD est un bon indicateur des contributions aux ODD dans les classes d’actifs cotés.

Comme le montre le graphique ci-dessous, les positions du fonds Kempen Global Sustainable Equity Fund (KGSEF) tirent un pourcentage plus élevé de leurs revenus de produits et services contribuant aux ODD (c’est-à-dire les produits et services de santé, les énergies durables) que celles de son indice de référence, et un pourcentage plus faible de leurs revenus faisant obstacle aux ODD (c’est-à-dire les produits à base de combustibles fossiles), toujours par rapport à l’indice de référence. Il a également signé une meilleure performance financière que son indice. Grâce à ce système de notation, nous avons un moyen d’identifier les opportunités de dialogue avec les entreprises et de maximiser les impacts positifs.

Graphique 14 : Contribution ou obstruction globale du KGSEF en % de l’encours total

Grâce à ces données améliorées, nous avons mis en place un groupe de travail interne sur le concept d'impact afin d’aider les différentes entités de l’entreprise à collaborer en vue de mesurer la convergence avec les ODD et l’impact positif. Ce groupe a déjà connu des succès considérables, à l’instar notamment de la publication par notre équipe Private Market de son premier rapport de durabilité à destination de nos clients, tandis que d'autres membres du groupe peuvent partager les meilleures pratiques au travers leurs différents fonds et diverses classes d'actifs.

Nous aspirons à mettre en place davantage d'évaluations liées aux ODD au sein d’un plus grand nombre de produits et services au cours de l'année 2021 et nous travaillons à une politique d'alignement sur les ODD commune à l’ensemble de Kempen, laquelle pourrait par la suite fixer des objectifs spécifiques.

Nous avons effectué une évaluation initiale de référence des fonds cotés de Kempen sur la base des pourcentages des chiffres d’affaires des entreprises du portefeuille réalisés à partir de produits et services qui contribuent ou entravent l’atteinte d’ODD spécifiques. En établissant un lien entre l'alignement sur les ODD et le chiffre d’affaires d'une entreprise, nous pouvons calculer notre attribution indicative et, ce faisant, un alignement global en termes monétaires sur les ODD liés au capital social². 

Cet alignement peut être positif, neutre ou négatif. Ces valeurs sont basées sur une taxonomie objective du développement durable qui classe les produits et services selon qu'ils contribuent au développement durable (comme les biopesticides et les énergies renouvelables) ou qu'ils l’entravent (comme les combustibles fossiles, les boissons gazeuses et l'élimination des résidus marins)³. 

En utilisant les données d'un nouveau fournisseur externe, nous avons entrepris une première évaluation préliminaire de l'alignement des fonds actions durables de Kempen sur des thèmes de développement durable liés aux ODD. Représentant un encours total sous gestion de 876 millions d'euros, ces fonds comprennent les suivants : Kempen European Sustainable Value Creation Fund, Kempen Global Sustainable Value Creation Fund, Kempen Global Sustainable Equity Fund et Kempen Sustainable European Small-cap Fund. L'alignement des quatre fonds durables pris ensemble (876 millions d'euros) sur des thèmes environnementaux est estimé à - 2,1 millions d'euros et sur des thèmes sociaux à 39,1 millions d'euros. Si les 876 millions d'euros étaient plutôt investis dans des fonds indiciels répliquant les quatre indices de référence, l'alignement sur des thèmes environnementaux serait estimé à -124 millions d'euros et sur des thèmes sociaux à 14,7 millions d'euros⁴. Nos calculs ont été basés sur les données relatives au chiffre d’affaires de chaque entreprise du portefeuille, en indiquant quelle proportion des ventes pouvait être liée (positivement ou négativement) à un ensemble de thèmes environnementaux et sociaux. Si nous reconnaissons que cette agrégation puisse donner lieu à ce qu'un produit ou un service d'une société en portefeuille soit attribué à plus d'un thème (naturel ou social), nous ne pensons toutefois pas que cela influence de manière significative le résultat final de notre analyse. La raison principale en est que notre agrégation est effectuée à la fois pour les impacts positifs et négatifs. CE faisant, elle permet ainsi d'éviter un double comptage potentiel des impacts.

Graphique 15: alignement des actifs sous gestion des fonds actions durables de Kempen sur des thèmes environnementaux (en milliers d’euros par million d'euros investi)

Graphique 16: alignement des actifs sous gestion des fonds actions durables de Kempen sur des thèmes sociaux (en milliers d’euros par million d'euros investi)

Investissement D’impact

Kempen Global Impact Pool (GIP), notre fonds d'impact, a également continué de voir ses actifs sous gestion croître l'année dernière. Ils s'élevaient ainsi à près de 108 millions de dollars américains à la fin 2020.
En 2020, l'équipe GIP a réussi à cartographier tous les gérants en utilisant les douze dimensions du projet de mesure de l'impact du Global Impact Investing Network. Ce processus a permis d'obtenir des informations intéressantes et de confirmer notre approche ; par exemple, tous les gérants du GIP entrent dans la catégorie d'impact qui contribue aux solutions, mais l'impact qu'ils produisent varie de l'engagement actif à la croissance de nouveaux marchés de capitaux où l’offre est encore insuffisante.

Protéger Les Petits Exploitants De Cacao Pendant La Pandémie 

Par l'intermédiaire d'un fonds de dette dédié à l’agriculture, Global Impact Pool investit dans des entreprises comme Ecookim, une coopérative de cacao en Côte d'Ivoire. Nous aidons la coopérative à financer ses besoins en fonds de roulement et avons vu son chiffre d’affaires être multiplié par plus de sept depuis 2012.

La pandémie de Covid-19 a entraîné des turbulences pour les matières premières en 2020, notamment pour le cacao, le marché ayant oscillé entre la constitution de stocks et la crainte d'une récession. Les mesures de confinement à travers le monde ont également menacé d'empêcher la réalisation de procédures telles qu’une due diligence et de bloquer ainsi les flux de capitaux au sein du secteur. 

Nos investissements centrés sur les ODD cette année ont contribué à fournir des capitaux et une assistance technique ayant permis d’assurer la pérennité des contrats en cours sur le cacao tout au long de la chaîne d'approvisionnement et, in fine, de bénéficier aux petits exploitants agricoles comme Ecookim au tout début de la chaîne. 

En utilisant l'assistance technique pour aider à réhabiliter et rendre plus performantes des plantations de cacao, le fonds de dette dédié à l’agriculture a coopéré pendant la pandémie avec Ecookim dans le but de former et d'offrir des prêts à long terme à 334 producteurs de cacao, de revivifier 1 409 hectares de plantations et d'augmenter leur rendement de 38 %. 


12. Cette répartition n'est pas absolue en ce sens où il existe bien sûr des entreprises qui fabriquent des produits permettant à d'autres de réduire leur apport en matériaux dans leurs processus de production respectifs.
13. Jusqu'à présent, nous n'avons pas orienté de manière proactive la contribution aux ODD par le biais de nos investissements au sein de classes d'actifs cotées, raison pour laquelle nous utilisons le terme « alignement » au lieu de « contribution » à ce stade.
14. Il s'agit de notre évaluation initiale de référence dans le cadre de laquelle nous nous rendons compte de certaines lacunes en matière de données :
1. La couverture varie selon le fonds ;
2. La taxonomie objective n'est pas exhaustive (il existe une proportion importante de biens et de services qui ne relèvent pas actuellement de la catégorie « alignés » ou « non alignés ») ;
3. Pour certains thèmes, comme celui du climat, les publications des entreprises sont beaucoup plus avancées que pour d'autres. Cela se reflète dans la note d’alignement du chiffre d'affaires ;
4. Souvent, les entreprises ne communiquent pas suffisamment de précisions sur leur chiffre d’affaires par produit aligné sur les thèmes des ODD. En conséquence, le pourcentage de chiffre d'affaires est estimé.
15. Les calculs sont basés sur la valeur en euros de la valeur d'entreprise et des données sur les positions disponibles à la fin 2020.

Restez à jour

Merci de saisir votre adresse e-mail et nous vous contacterons